CANCIONISTA
World, musiques, destinations - Françoise Demayson
« Insoumis aux modes, le Franco-Espagnol Antonio Placer publie un nouveau disque au chant préoccupé et amoureux, à la musique envoûtante et inclassable. »
Libération
« Antonio Placer chante avec force une sorte de musique du monde personnelle, des déclamations concernées, d’autres enflammées, mais toujours sur un ton jubilatoire. »
La Dépêche du midi - Bernard Lescure
« Surprenant, puissant, touchant, bouleversant, magnétisant, le chant d’Antonio Placer ne laisse jamais intacte l’âme de celui qui l’écoute. »
Mondomix - Anne-Laure Lemancel
« Du tango, il possède le tragique ; de l’opéra, le lyrisme ; du théâtre, le goût du jeu ; du flamenco, l’épice ; du divin, le sublime. »
Chorus - Jacques Vassal
« […] On croise constamment aux frontières du jazz et du rock, du chant lyrique et de la chanson traditionnelle. « Avec les farines de dieu et du diable, je fais le pain de mes chansons ». Belle formule ! »
Trad Magazine - Claude Ribouillault
« Sa musique, son style en général, sont à la fois personnels et riches d’emprunts […] C’est beau et bien fait. »
Géo magazine - Emmanuelle Honorin
« Cancionista est une création conçue comme un livret d’opéra populaire, un hommage… »
Centre Presse
« Cancionista, c’est presque une synthèse de la musique mondiale, d’ici et d’ailleurs. Passée, présente et à venir. »
L’Humanité - C. Fara
« Antonio Placer, auteur compositeur et interprète galicien, a forgé un album insolite, Cancionista. Avec des complices nés sous d’autres cieux (Sardaigne, Macédoine, France, Brésil, Uruguay), il mêle formes savantes et populaires. Mélange baroque, richesse mélodique et chaudron d’onomatopées rythmiques, sur les harmonies subtiles de Jean-Marie Machado (piano), élaborent la farine de « ce pain » dont l’artisan poète Placer fait ses chansons, hymnes à la tolérance et remèdes aux plaies intimes de l’exil. »
L’Aisne nouvelle
« Dans cet univers, on vogue entre jazz, classique, chanson à texte et on entend un tango, un fado que Placer compose comme un Ferré espagnol, comme un cri. Un cri urgent à dire à l’homme. Exigent, à part et splendide. »
Radio Latina - Yaël Rozenblum
« Un musicien qui n’aime pas les étiquettes et qui offre avec passion une musique cosmopolite et contemporaine, créative et sincère. »
asdfasdf